Tinder : pourquoi nos sites de rencontre ne marchent gui?re avec moi?

Tinder : pourquoi nos sites de rencontre ne marchent gui?re avec moi?

Par Tiphanie Benard

Malgre votre inscription a de multiples sites de rencontre, vous avez l’impression de ne jamais rencontrer personne d’interessant, celui ou celle avec qui partager le grand amour… aucun panique, nos plateformes web telles que Tinder, Meetic, Adopteunmec, reposent via un mode de fonctionnement qui ne correspond gui?re a tout le monde et peuvent donc decevoir. Attentes differentes, superficialite, comportement consumeriste… autant de raisons qui expliquent pourquoi cela ne « match » souvent pas. Decryptage.

« Je paye l’abonnement Premium et j’suis tout ainsi celibataire », ironise Julien, 23 ans, decu de Tinder. Le jeune homme ne degote pas l’actrice qui lui correspond i  propos des applications de rencontre. La raison ? Plusieurs echanges trop superficiels a le gout : « les individus n’ont rien a dire, votre seront des coquilles vides. Je trouve que cela ressemble plus a un defile de mode ou l’on poste les photos. Certains redirigent aussi leur profil vers leurs reseaux sociaux pour recolter des likes. »

Selon Geraldyne Prevot-Gigant, psychotherapeute et auteure du livre J’ai force d’la rencontre (Edition Odile Jacob), votre reproche reste ordinaire chez les utilisateurs de sites de rencontre « ces dames et les hommes se plaignent souvent d’la superficialite des communications, qu’elles passent via le tchat ou l’appel telephonique. Ils seront decus lors d’la retrouve comme si c’etait fausse ou force. » Une impression que ressent aussi Amandine, utilisatrice de Tinder, AdopteUnMec et Happn. Elle constate qu’a travers un ecran, le relationnel reste different : « Nous ne prenons gui?re le temps d’apprendre a nous connaitre, nous foncons et nous tombons sur de mauvaises surprises. Nous avons besoin de faire machine arriere aussi vite que nous nous sommes lances. »

J’ai rencontre en version acceleree et consumeriste

Ainsi que au sein d’ notre societe actuelle, le manque de temps libre, l’impression que bien devra aller tres vite, est omnipresent i  propos des sites de rencontre. Geraldyne Prevot-Gigant souligne : « Avec l’evolution de nos technologies, j’ai pu observer un changement de comportement des individus sur un plan relationnel. Les individus veulent un resultat facile. On a besoin de n’importe quoi, on clique, il y a. Ca fausse notre rapport au monde. » Elle ajoute : « si l’on decide que l’on veut rencontrer quelqu’un, il va falloir que ca se fasse maintenant. Alors, on va sur ces sites mais ils font 1 trop-plein d’informations. »

Encore cette instantaneite reste presente tout au long de la relation : lors en communication par message, du rendez-vous physique… chaque etape d’la rencontre reste connue d’avance. Un fonctionnement qui deplait aux decus de ces plateformes comme Aude, utilisatrice d’AdopteUnMec: « On sait pourquoi on rencontre le webmaster (on cherche la totalite des 2 notre moitie) et on se sent oblige d’avoir un avis ou un ressenti des le 1er rendez-vous, cela reste vraiment complexe. »

Et puis d’aller tres vite, on consomme aussi en masse. Notre psychotherapeute remarque : « Sur les sites et certaines applications de rencontre, on a l’impression de feuilleter un https://besthookupwebsites.org/fr/fling-com-review/ catalogue de commercialisation sur internet. On se met dans une posture consumeriste.» Sur Tinder, le « swipe » est l’action de glisser son doigt : a droite quand on « like » le profil d’une personne ou a gauche, si on le « dislike ». Une utilisation qui s’apparente effectivement a un « catalogue » ou l’on tourne nos pages d’un cote ou d’un autre de facon presque infinie. On se trouve comme face a quantite de services et on ne sait meme plus ce que l’on cherche. « On choisit souvent via le physique mais on se rend parfois compte que l’individu n’a nullement identiques complexes d’interets… On se noie au sein d’ l’information, comme via Google, on clique pendant beaucoup plus et on se perd dans la toile. »

Des attentes differentes du virtuel au reel

Alexandra, 36 annees, reste mere celibataire de deux bambins. Elle a eu son ex-mari concernant un site et continue de chercher l’amour online. Et cela l’ennuie toujours, votre sont les ecarts entre ses attentes et celles des hommes. Elle explique : « Mes echanges sont des fois decevants, on voit des ressentis differents car on ne communique pas par message d’la meme maniere qu’en face a face. Cela y egalement des quiproquos sur les attentes respectives. Certains esperent une nuit de sexe, aussi que pendant la conversation fut evoque seulement « 1 verre afin d’effectuer connaissance, sans pression ». »

Si les attentes sont parfois plusieurs, le phenomene « d’idealisation » ou de « sublimation » en personne s’avere problematique. On l’imagine parfaite sur internet mais le reel reste decevant. En effet, Geraldyne Prevot-Gigant ajoute que le « virtuel laisse plus de place au fantasme ». Selon elle, il s’agit de l’« effet elastique » sur une personne restee celibataire pendant tres longtemps. Celle-ci « s’emballe alors plus qu’il ne faudrait, surtout si elle n’a pas encore physiquement rencontre le webmaster et que les echanges se prolongent trop a distance. » Notre fantasme se renforce et le va parfois deception aussi. A l’inverse, s’il n’y a pas deception, il pourra y avoir du deni. Celibataire depuis un long moment, on souhaite se remettre en couple immediatement. On ferme alors le regard sur la totalite des details negatifs qui pourraient nous empecher de sortir du celibat. On ne voit pas la difference entre la personne qu’on a idealisee, le fantasme, ainsi, qui elle est reellement.

Chercher l’amour ou simplement combler 1 vide ?

Parfois, interroger nos raisons de le inscription permet de saisir pourquoi on ne parvient gui?re a faire de rencontre, pourquoi pas : des motivations premieres etaient-elles reellement de denicher une moitie ? Selon la psychotherapeute, votre n’est pas toujours la situation : « depuis souvent une sorte de quete effrenee pour remplir un vide chez les personnes qui veulent faire une retrouve. D’un avis societal, les femmes en particulier ne se sentent gui?re valorisees si elles ne semblent nullement en couple. Elles entament une requi?te desesperee du fait d’un vide qui les devalue socialement. » Celine eprouve un certain desespoir quant a toutes les rencontres sur internet. Seule, elle admet : « Je souffre enormement du celibat. Je l’estime injuste et je ne merite nullement ca. J’ai tant de succes avec mes amis et collegues, pourtant je reste seule. Tout le monde veut me « caser » et ca me met une pression supplementaire. » Ici s’exprime le besoin de cocher chacune des cases aux yeux des autres (« super metier, super amis, super mari…etc. »). L’envie de denicher l’amour reste alors faussee par la reelle motivation : se conformer a J’ai societe.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *